Meurtre à Nieul : l'auteur présumé évoque un accident

Lors de sa garde à vue, le suspect du meurtre qui a eu lieu à Nieul-le-Dolent samedi, a réfuté l'homicide, évoquant un accident. Il est présenté devant le juge d'instruction lundi.

Dernière mise à jour : 12/02/2012 à 23:11

L’homme de 49 ans, interpellé samedi à Nieul-le-Dolent, sera présenté demain après-midi devant un juge d’instruction. S’il ne conteste pas être l’auteur du coup de feu mortel, le beau-père de la victime réfute pour l’instant l’intention d’homicide.
On en sait un peu plus sur les circonstances du drame survenu dans la nuit de vendredi à samedi à Nieul-le-Dolent. Suspecté d’avoir tué en pleine rue sa belle fille Delphine Bodin entre 1 h et 2 h du matin, l’homme interpellé par le GIGN a reconnu au cours de sa garde à vue être l’auteur du coup de feu mortel. Selon le procureur de la République Xavier Pavageau, le beau-père de la victime nierait par contre l’intentionnalité du geste et évoquerait un accident lié au maniement du fusil. La garde à vue du suspect se termine demain. Il devrait être présenté dans la foulée devant un juge d’instruction puis mis en examen pour des faits qu’il reste encore à qualifier. L’autopsie du corps de la victime, une jeune femme née en 1980, aura lieu demain matin.
Le meurtre a eu lieu au retour d’un tournoi de palet
Grâce aux auditions de la famille et à une enquête de voisinage, les services de gendarmerie ont pu commencer à retracer la chronologie des événements. Le suspect et la victime, qui vivaient sous le même toit rue Georges Clémenceau à Nieul-le-Dolent, auraient participé à un tournoi de palet vendredi soir dans la commune. «Mais rien n’indique que cette soirée ait un lien avec ce qui s’est passé ensuite», a précisé Xavier Pavageau. Après le coup de feu mortel, l’auteur présumé serait rentré chez lui. Il aurait ensuite appellé un proche, lequel aurait prévenu les secours. Ces derniers arrivés sur les lieux du drame vers 2 h du matin ont sorti le corps de la victime d’un véhicule stationné devant le logement du suspect et de sa belle-fille, puis ont déposé le cadavre dans la rue avant que celle-ci ne soit bouclée par la gendarmerie. C’est finalement le GIGN arrivé en renfort de Versailles qui obtiendra la reddition du quadragénaire quelques dix heures plus tard.
Julien Sureau

À Feuilleter

Une Escapade Vendée août 14
Les archives