«Nous avons des solutions pour garder les emplois en Vendée»

Après une rencontre avec le préfet Bernard Schmeltz le 30 mai, la CGT réclame la tenue d’une table ronde sur l’avenir de l’industrie en Vendée, avec en ligne de mire le maintien des emplois de Fagor-Brandt, de Plysorol et de la Samro.

Dernière mise à jour : 27/08/2013 à 16:18

La CGT Vendée attend beaucoup de la tenue de la table ronde sur le devenir de l’industrie en Vendée avec le préfet, les élus et pourquoi pas le ministre Arnaud Montebourg.
La CGT Vendée attend beaucoup de la tenue de la table ronde sur le devenir de l’industrie en Vendée avec le préfet, les élus et pourquoi pas le ministre Arnaud Montebourg.

Nouvelle alerte de la CGT en faveur de l’emploi industriel en Vendée. Le syndicat ne veut pas rester inactif face aux difficultés de bon nombre d’entreprises industrielles. A commencer par Plysorol et la Samra à Fontenay-le-Comte et Fagor-Brandt à La Roche-sur-Yon et à Aizenay. «Pas question d’avoir une position défensive. On est là pour faire passer nos propositions», lance Nicolas Rouger, le secrétaire général de la CGT Vendée.

Le 30 mai, une délégation CGT, avec des représentants des trois entreprises concernées, a été reçue par le nouveau préfet Bernard Schmeltz, «qui ne s’est pas montré contre l’organisation d’une table ronde sur l’avenir de l’industrie en Vendée». La CGT souhaite le plus rapidement possible la tenue de cette réunion «offensive» en préfecture en présence d’élus de la Région, du Département, du maire de La Roche Pierre Regnault et «pourquoi pas du ministre».

La suite de l’article dans notre édition du 21 juin.