Mondial de hand : quels objectifs pour la France ?

La fédération française de hand s’est fixé trois objectifs à atteindre à l’occasion du Mondial qui se déroule en France cette année...

©Auremar Fotolia
©Auremar Fotolia

Pour la FFHB, ce Mondial organisé en France est important à plus d'un titre. Les objectifs de la Fédération sont multiples :  faire du tournoi un succès populaire, accroître la notoriété du hand et le développement de sa pratique et, enfin, conserver le titre mondial des Bleus.

Remplir les salles des 84 matches

656 000 billets sont à vendre pour l’ensemble de la compétition. Il s’agit pratiquement de doubler le nombre de tickets vendus lors des Mondiaux 2001 (masculin) et 2007 (féminin) organisés dans l’Hexagone avec une politique de billetterie inédite « 1 session 1 match ». « Il y a une multiplication de sites éparpillés sur le territoire avec des salles gigantesques. C’est un défi incroyable, un pari que le handball français va tenter de relever » explique Philippe Bana, le Directeur Technique National (DTN) du handball tricolore.

Un tremplin pour le futur

La fédération française s’est fixée comme modèle à suivre le rugby qui avait bénéficié à plein des retombées de la Coupe du monde organisée en France en 2007. « On souhaiterait réussir le même saut qualitatif grâce à ce coup de projecteur sur notre sport » indique Philippe Bana. « Même si la réussite sportive du hand français n’est plus à démontrer, la notoriété s’entretient de manière permanente. On a besoin aujourd'hui de progresser au niveau économique et marketing. Le handball français est une marque que nous devons mieux travailler et ce Mondial doit nous y aider » précise le responsable de la politique fédérale.

Rester les maîtres du monde

C’est le 3e et dernier objectif assigné à ce tournoi à la maison : conserver le titre acquis il y a deux ans au Qatar. L’équipe de France en a déjà enlevé cinq dans son histoire. « On l’a encore vu lors l’Euro de football, une compétition internationale à domicile est un événement extrêmement fort dans le cœur des Français » juge Philippe Bana. Cette échéance sportive arrive pourtant à un moment où l’équipe de France n’est peut-être plus aussi dominatrice que par le passé. « Après l’Euro en janvier 2016 et les JO l’été dernier, le Mondial est la conclusion d’un cycle de trois événements majeurs. C’est un peu comme si on devait clore une symphonie. Il faut aller au bout. Le pari avait été réussi en 2001. Les joueurs sont attendus comme des champions du monde et comme les vice-champions olympiques. Il y a une espérance qu’ils ne peuvent pas décevoir », analyse le DTN.

APEI-Actualités. Renaud Moncla

 

Crédits des visuels :
Hand 1 : ©Auremar Fotolia
Logo Mondial 2017 : ©DR